le Morimont is now on Workaway.info !

Hello everyone !

This post will be in English, but in a easy [bad] English, so that eveyone should easily understand everything !

Last week, I went on the workaway.info website to see this equivalent of wwoof.fr for places that don’t only do farming. Thanks Pilar for this usefull information ! The “farm” side beeing not so developped, it fits better than wwoof at the moment.

After maybe 15 minutes looking at other hosts on the website, I said to myself “hey why not, looks cool !” and registered. It took me maybe one more 15 minutes to answer the questions to create my profile.

OK, that’s done. But…

Some hours later, I tell Eglantine that I put le Morimont on workaway and she said that she knew, because people who came at Folk au Morimont last year ask her on facebook if they could come because they saw us on the workaway website !

Then in the built-in messaging system of workaway, the inbox had already three message of people to come in the next days… wow ! That’s fast !

4 days after the first log-in, we now have Hannah and Annika from Germany here at our place, Tish from US will arrive by plane tomorrow, and we are organizing with the 6 others people for them not to come all at the same time !

That’s nice, very nice ! We have so many projects here we don’t find time to begin, because there’s already so many to do, help of workaway people will be very welcome !

Thank you in advance for every one of them, I hope it will be a good time for everyone, and let’s bring le Morimont to the next level ! :)

We will give some feedback in some days – and maybe ask volunteers to write down a small post about their stay here – what would you think about this ? Like what we did during our trip with people riding with us, Françouais & David !

Have a good day !

 

Guilhem

WWOOFing au Japon : une bonne source d’inspiration

Durant ces quelques temps à faire du WWOOFing à Kyushu, nous avons fait de belles rencontres qui nous ont donné des tas d’idées, de l’énergie, des connaissances et plein d’espoir !

Tout a commencé au Harappa Café, Yufuin !

Ici, c’est un peu magique : dès qu’on arrive, on est bien ! Si je devais qualifier cet endroit en un mot, ce serait JUSTE.

JAP_1512

International team ! Japan, Thailand, Israël, France

Dans ce Community restaurant and slow café, on ne rencontre pas de faux-semblant, pas de star ni de chef, pas de morale, pas de hiérarchie, pas de pouvoir et peu d’argent. Finalement, c’est peut être un endroit qui m’a permis d’approcher une certaine vision japonaise dont Nao nous avait parlé plus tôt à Tokyo : parfois, les japonais, comparés aux occidentaux, perçoivent les gens et les choses par leur négatif, au sens photographique du terme, c’est-à-dire qu’ils observent d’abord tout ce que n’est pas l’objet pour le définir.

Et oui, je n’arrive pas à expliquer ce qu’il y a d’extraordinaire au Harappa, parce que peut-être qu’il n’y a rien d’extraordinaire, de fantastique ou de merveilleux… simplement une grande simplicité et une grande liberté !

C’est un peu déstabilisant au début de pouvoir prendre autant d’initiatives, puis on apprécie ! Et on apprend à savoir quand et comment, de la façon la plus juste possible, mais sans qu’aucune règle n’aie besoin de le dire…

JAP_1950

Creativity

JAP_2031

Edible Yufu Dake

Mais il n’y a pas que le wwoofing au Harappa, cet endroit est réellement au cœur d’un réseau d’acteurs comme on les aime : des projets plein la tête, des idéaux hauts perchés, de la tolérance et de la volonté. Tout est imbriqué : les petites fermes voisines approvisionnent le restaurant en produits de base tout frais, transformés dans les cuisines le matin en un gargantuesque buffet à volonté où les clients payent le prix qu’ils estiment JUSTE, et quelques bento livrés chaque jour chez des personnes âgées qui vivent seule.

JAP_1986

Bento preparation for some elderly of the area

JAP_2034

たべましょ !!

Parfois, des ateliers ou des rencontres sont organisés dans la salle voisine du restaurant. Le soir, il y a des petites sessions d’anglais pour les jeunes étudiants japonais, et puis tous les jours, il se passe quelque chose d’inattendu : des musiciens thaïlandais qui débarquent, des jeux (surtout le loup garou !), une soirée okonomiyaki bien arrosée entre jeunes fermiers du coin, des soirées d’au-revoir de wwoofer avec plein de monde, dans la joie et la bonne humeur !

JAP_1126

Partie de Jinroh – ou loup garou : c’est la nuit “please close your eyes”

JAP_1170

Okonomiyaki party !

JAP_1982

Tout le monde a sa place au Harappa, quelques soient les compétences, les connaissances, l’âge, le sexe, le statut social, etc. Et tout le monde a quelque chose à apprendre de chacun, et ça c’est beau !

Puis nous sommes allés vers Hita, à la Renge Farm

Chez Hideki san, c’était un peu différent, mais toujours autant de choses à apprendre ! Sur l’agriculture, sur nous-mêmes et sur la vie en communauté.

Encore une fois, cela nous a permis de percevoir les choses par ce qu’elles ne sont pas, et peut-être en tirer certaines leçons !

JAP_1902

Winter time but so many vegetables in the garden !

Et puis, nous avons pu observer l’architecture traditionnelle japonaise de près – voire même faire quelques entailles à des portes en bois centenaires pour que ça glisse ! Et oui, nous étions les “charpentiers” de la bande ! On nous a donné un objectif, des outils, et à la fin, le travail était fait. On ne savait pas trop comment, mais tout le monde était content ! Cette bricolo attitude a parachevé la sensation que j’avais eu au Harappa comme quoi tout est possible. Cela a profondément remis en question notre incompétence : peut-être qu’il n’est pas nécessaire d’avoir des tas de diplômes et 25 ans d’expérience dans un domaine pour faire des choses !

JAP_1752

complicated door repairing

JAP_1769

Just few wood chips removed…

JAP_1775

The soft way for sliding doors

JAP_1782

Verification. Hope we didn’t mix up the doors

Retour au Harappa, les autres initiatives de plus près.

Bienvenue à la forêt de bambous ! Chihiro san et Tsugu san, avec leurs deux enfants, sont de ceux qui ont franchi le pas dans l’accomplissement de leurs rêves ! En bref, ils ont quitté Tokyo et leur boulot pour s’installer dans les collines de Yufu et commencer une ferme. Ils font du maraîchage depuis trois ans, récupèrent des petits champs tranquillement, les uns après les autres, expérimentent une nouvelle agriculture et communiquent sur leur blog et leur petite chaîne vidéo Koma Tube !

JAP_2131

C’est un peu grâce à eux, et à Honokibatake dont on parle plus bas, que nous avons décidé de commencer ce blog, merci !

Dans la série des autres aventures, il y a la pizzeria de Ya san : les meilleures pizzas du Japon d’après nous ! Il faut savoir qu’il n’est jamais allé en Italie lui-même. Il a appris à faire les pizzas avec des recettes sur internet. Il a construit son four à bois, le restaurant, la terrasse, et l’autre maison juste au-dessus. Il veut construire un four rocket, il est curieux de tout, il déniche des idées partout où il les trouve, il fait des choses avec ses mains, il construit, c’est beau !

Sa formation ? Ben, un peu de tout probablement ! Son âge ? Le même que beaucoup de personnes qui disent : “je suis trop vieux pour faire ça !”.

JAP_1447

Dernier chapitre : Honokibatake

Honokibatake ça veut dire le champs de Honoki, mais c’est difficilement traduisible… Pour nous maintenant, honoki, ça veut surtout dire une magnifique expérience !

Mais nous n’avons pas besoin d’en parler beaucoup plus parce que bientôt, ils viendront nous rendre visite au Morimont ! Ou alors, nous y retournerons, mais quoi qu’il en soit, cette aventure ne fait que commencer !

En attendant, les photos parlent d’elles mêmes !

JAP_2302

Need bamboo ? Get some in the forest !

JAP_2289

Fence against wild boars, bamboo design

JAP_2387

Farm in the city

JAP_2279

We love thick bamboo !

JAP_1286

Hot bed compost in green house

JAP_1277

Compost and Mini

JAP_1259

Living soil

Finalement, ce mois à Kyushu a été très instructif, beaucoup plus ce que ce que je parviens à décrire par des mots (l’écriture est un art, j’y travaille, soyez indulgents…).

Dans ce pays que nous croyons si différent du nôtre, avec une culture que nous pensons ne jamais pouvoir percer à jour, des coutumes très fortes et une langue qui s’érige en barrière, quelques personnes extraordinaires nous ont montré que l’expression du fond du cœur, du fond de l’âme ne connait pas ces obstacles, merci à eux !